la-dieta-radical-que-puede-curar-la-diabetes-tipo-2-segun-un-estudio-revolucionario

Le Diabète Chez L’adulte | Diabète De Type 2

,

1. Quelle est cette maladie ?

Le diabète de type 2 est une maladie caractérisée par un trouble de la régulation du glucose dans l’organisme, mais qu’est-ce que le glucose ?

2. Qu’est-ce que le glucose ?

L’homme a besoin de manger pour vivre ; les aliments que nous prenons par la bouche sont modifiés par les sucs de l’estomac, du pancréas et de la bile et sont transformés de substances complexes en substances plus simples qui sont absorbées dans l’intestin.

De là, ils passent dans le sang et, à travers lui et les artères, ils sont distribués dans tout le corps, dans tous ses organes et, dans ceux-ci, ils atteignent leurs éléments les plus simples, les cellules, qui en ont besoin pour rester en vie et remplir leurs fonctions.

Par exemple, si le cerveau manque de glucose, nous avons des vertiges, nous pouvons tomber au sol, perdre connaissance et même avoir des convulsions ; c’est ce qu’on appelle une syncope par hypoglycémie, c’est-à-dire que peu de ce sucre atteint le cerveau.

Il est très important que l’organisme assure une quantité adéquate de glucose à ses cellules ; nous voyons ce qui peut arriver s’il est peu, et s’il est beaucoup, comme c’est une petite molécule et qu’elle peut être éliminée par l’urine à travers le rein, elle nous fait uriner beaucoup (on a une polyurie) en plus de son accumulation dans le corps endommage plusieurs organes, surtout les petits vaisseaux.

3. Comment équilibrer le sucre que nous avons dans le sang, ce que nous appelons la glycémie ?

diabetestype2Le matin, à jeun, elle se situe entre 80 et 120 milligrammes pour 100 millilitres. L’organisme produit plusieurs hormones qui le régulent, les fondamentales se trouvent dans le pancréas, parmi elles l’insuline qui fait entrer le glucose du sang dans les cellules, elle ouvre la porte. Un autre est le glucagon qui est capable de le libérer des dépôts que nous avons dans le corps, par exemple sous forme de glycogène, dans le foie et fait monter son taux dans le sang. Il y en a d’autres, mais ceux-là sont essentiels.

4. Alors, qu’est-ce que le diabète ?

Il s’agit d’une maladie dans laquelle l’organisme a beaucoup de sucre dans le sang (hyperglycémie), généralement parce qu’il manque d’insuline, ou que celle-ci n’agit pas bien sur les cellules qui en ont besoin, elle n’est pas capable d’ouvrir la porte et, par conséquent, son taux augmente dans le sang et s’échappe par le rein ; comme personne n’est capable d’uriner le sucre seul, l’hyperglycémie entraîne l’eau et les diabétiques mal contrôlés urinent beaucoup (ont une polyurie), et leur urine a un goût sucré.

5. Et pourquoi a-t-on du diabète ?

Il existe de nombreux types de diabète et dans la plupart d’entre eux, le poids de l’hérédité est important ; il existe des familles dans lesquelles les enfants d’un parent diabétique sont diabétiques ; souvent ils sont jeunes et on dit qu’ils souffrent d’un diabète de type 1, d’autres fois il y a plusieurs diabétiques dans une famille, parmi les parents proches.

Il s’agit généralement de personnes d’âge moyen ou plus âgées. Ils ont un diabète de type 2. En plus de l’hérédité, il existe des facteurs environnementaux qui la favorisent, comme l’obésité, la consommation de trop de sucreries ou un mode de vie sédentaire.

6. Quelles sont les conséquences d’une glycémie élevée ?

diabEn plus de la polyurie, on observe parfois une faim et même une perte de poids ; l’accumulation de glucose peut endommager les petits vaisseaux, qui peuvent à leur tour endommager différents organes, par exemple les yeux, en endommageant la rétine, ce qui entraîne une perte de la vision, et si ce sont les reins, le patient perd des protéines (protéinurie), et peuvent présenter des dysfonctionnements (insuffisance rénale) et accumuler des substances qui devraient être expulsées comme l’urée ou la créatinine, et si ce sont les vaisseaux des nerfs ceux-ci sont altérés, il y a une polynévrite, par laquelle le patient peut avoir des fourmillements, perdre le sens du toucher et si les nerfs qui innervent les muscles sont endommagés, la force est perdue.

 

7. Que pouvons-nous faire si nous sommes diabétiques ?

Vous devez être vu régulièrement par votre médecin de famille qui, en plus de vérifier votre glycémie, qui est comme l’information, ou une photo, qui vous informe de votre niveau à ce moment-là, étudiera votre hémoglobine glycosylée, qui est comme la vidéo qui explique comment votre glycémie s’est ajustée au cours des dernières semaines, et qui doit se situer entre 6 et 7.

Votre médecin de famille se chargera du dépistage, du suivi et vous indiquera si vous devez vous rendre dans l’unité de diabétologie de l’hôpital auquel vous appartenez ; il vous proposera également l’un des nombreux traitements très efficaces dont nous disposons : prise de comprimés, agents hypoglycémiants ou injections d’insuline ; grâce à eux, vous assurerez le contrôle de votre glycémie.

Vous surveillerez également votre cholestérol et la qualité de votre circulation sanguine. En même temps, il ajustera les calories de votre alimentation, en vous disant de ne pas prendre de sucreries, de faire des exercices physiques réguliers et sans effort, de surveiller votre tension artérielle et de ne pas fumer.

Ces mesures n’aident pas à contrôler votre sucre mais sont essentielles pour que les vaisseaux de vos organes ne se remplissent pas de graisse, c’est-à-dire qu’ils n’aient pas d’artériosclérose, ce qui évitera certaines des complications que la maladie peut produire et qui sont importantes, comme les lésions des vaisseaux coronariens ou cérébraux avec développement d’accidents vasculaires cérébraux.

8. Et comment cette maladie évolue-t-elle ?

Il faut évaluer et éviter les dommages possibles aux organes que nous avons mentionnés, ce qui peut avoir de bons résultats dans le domaine de la vue, du rein, des gros vaisseaux ou artères : les artères coronaires ou celles qui irriguent le cerveau, et aussi celles des nerfs, et aussi dans le foie, en évitant qu’il n’accumule des graisses ; il faut savoir que l’on peut vivre de nombreuses années avec la maladie.

Il faut aussi éviter les infections, donc ne pas s’exposer à des changements brusques de température ambiante, et faire les vaccinations qui sont indiquées. Il vous appartient de pratiquer une activité physique régulière, d’éviter le surpoids et le tabagisme, d’avoir une alimentation saine, de contrôler votre tension artérielle, de vous rendre aux contrôles et de respecter le traitement prescrit.

9. Qu’auriez-vous pu faire pour l’éviter ?

Le diabète de type 2 a une composante familiale et une composante environnementale. Cela signifie que la prédisposition au diabète est héréditaire et que des facteurs environnementaux, tels qu’un mode de vie sédentaire et l’obésité liée à un apport calorique élevé dans l’alimentation, peuvent déterminer l’apparition du diabète.

Des études réalisées en Espagne indiquent qu’environ 14 % de la population souffre de diabète. Sur ces 14 %, environ la moitié ignore qu’elle souffre de diabète, car il s’agit d’une maladie qui peut exister sans produire de symptômes pendant des années.

diabete_type2L’obésité est une maladie évitable. On sait qu’une alimentation adéquate et l’exercice physique sont capables de prévenir son apparition. Par alimentation adéquate, nous entendons une alimentation avec un apport calorique approprié pour éviter l’obésité et le surpoids.

Selon l’enquête nationale sur l’alimentation, l’Espagnol moyen consomme un régime de 2 400 calories par jour, ce qui représente un excès de 500 calories par jour par rapport aux besoins quotidiens.

Le type de régime le plus recommandé et qui a montré les plus grands avantages dans la prévention de l’apparition du diabète est le régime méditerranéen (utilisation d’huile d’olive extra vierge, consommation de poisson, de légumes secs et de légumes).

Quant à l’exercice physique, il est recommandé de pratiquer au moins 150 minutes par semaine d’exercices d’intensité modérée (marche rapide). Cet exercice peut être réalisé en fractions de 20 minutes.

10. À partir de maintenant, que dois-je faire pour m’améliorer ?

L’obésité est un facteur de risque majeur de maladies cardiovasculaires, de diabète, de problèmes articulaires et de cancer.

Pour toutes ces raisons, chaque patient souffrant de diabète de type 2 devrait consulter un médecin de famille pour un traitement non seulement du diabète mais aussi des autres facteurs mentionnés ci-dessus. Un bon contrôle de la glycémie, de la pression artérielle et du taux de cholestérol peut réduire considérablement les complications associées au diabète.

11. Quel est le pronostic ?

Le diabète de type 2 est une maladie qui ne se guérit pas et qui est progressive, ce qui signifie qu’au fil des ans, il est nécessaire d’augmenter la médication pour obtenir le même contrôle. Les patients qui ne sont pas bien contrôlés développeront des complications après 10 à 15 ans d’évolution de la maladie.

Il s’agit notamment d’hémorragies et de décollements de la rétine, de difficultés à percevoir la douleur, de sensations de brûlure et de crampes dans les jambes, de problèmes vasculaires tels que l’infarctus du myocarde, l’embolie cérébrale, les troubles de la fonction rénale ou l’accélération de l’apparition de la démence

16